Se lancer dans l’élevage de moutons

 

 
L’élevage ovin attire de plus en plus, et pour cause ; cette activité permet de tirer de nombreux bénéfices ! Élevés pour leur laine, leur viande, leur lait ou pour leur capacité à lutter contre les mauvaises herbes, les moutons deviennent même des animaux de compagnie pour certains particuliers !

 

L'ÉLEVAGE OVIN EN EXTÉRIEUR

L’élevage ovin nécessite un pâturage spacieux (comptez une dizaine de bêtes par hectare), bien clôturé et équipé. Si les moutons sont assez résistants au froid, ils présentent un risque important de fugue et sont des proies faciles pour les prédateurs. En effet, les moutons sont régulièrement pris pour cibles par des loups ou des chiens. Il s’agit donc de protéger vos bêtes au maximum, notamment les plus jeunes, grâce à des enclos solides. Beiser Environnement a d’ailleurs développé son célèbre Modulabri pour parer aux attaques de prédateurs et propose désormais une version galvanisée et tôlée jusqu’en bas. Cette structure présente également un avantage contre les intempéries, grâce à sa bâche de couverture.

A l’extérieur, il est également impératif de proposer à volonté de l’eau propre et fraîche aux ovins. Une auge adaptée à leur taille ainsi qu’un râtelier permettant de compléter leur alimentation en céréales ou foin sont les bienvenus sur pâturage.

 

L'ÉLEVAGE OVIN EN INTÉRIEUR

Du fait de leur sensibilité à l’humidité (propice au développement de bactéries sur leurs onglons), il est préférable d’abriter vos moutons dans un bâtiment fermé une fois l’hiver venu. En bergerie, vous aurez l’occasion de réaliser plus facilement la tonte des moutons, leur tri ou leur déparasitage. Pour faciliter vos actions, Beiser Environnement propose un parc de contention adapté aux ovins, à accessoiriser selon vos besoins. Vous pourrez ainsi aisément manipuler, retourner (pour effectuer un soinau niveau des pattes par exemple) et peser vos ovins tout en préservant votre sécurité personnelle. Il existe d’ailleurs dans la gamme « ovins » de Beiser Environnement une cage multifonctions permettant retournement et pesée. En intérieur, le râtelier doublier est plébiscité par les éleveurs ovins: il permet une distribution adéquate de foin et céréales. 

 

GÉRER LES NAISSANCES

Si vous souhaitez développer les naissances dans votre élevage, gardez à l’esprit qu’il est préférable d’isoler les brebis qui mettent bas. L’isolement permet de consolider le lien entre les mères et leurs petits et favorise l’allaitement. Aussi, les brebis isolées sont plus sereines lors de la mise-bas: il est alors plus facile de surveiller le bon déroulement de la mise-bas et le bon développement des agneaux. Des box d’agnelage existent et sont un gage de sérénité pour l’éleveur.

 

Un logement sain, un soin régulier et une alimentation adaptée sont des conditions primordiales pour élever et développer votre troupeau de moutons. Il conviendra ainsi de s’équiper en fonction de ses besoins et des normes pour la vente des produits issus de votre élevage.

 

LES SOLUTIONS BEISER ENVIRONNEMENT

 

 

Élevage de poules : et si vous choisissiez un bâtiment mobile ?

Nombreux sont les français, particuliers ou agriculteurs, qui décident de se lancer dans l’élevage avicole. Cette dynamique a été notamment motivée par les derniers scandales sanitaires et épisodes de grippe aviaire. Aujourd’hui, les français sont à la recherche d’œufs et de volaille sains et sont de plus en plus soucieux du bien-être des animaux. Ainsi, du fait de cette envie de « retour aux sources », beaucoup d’agriculteurs et éleveurs décident de se lancer dans l’élevage avicole en complément de leur activité principale. Facile à mettre en place, l’élevage de poulets de chair ou de poules pondeuses permet également de répondre à une demande croissante de produits de qualité.

 

Chez Beiser Environnement, nous conseillons toujours des solutions simples, qui s’adaptent à vos besoins particuliers ! Nous avons choisi de rendre tous nos bâtiments mobiles, facilement déplaçables et facilement nettoyables. Nos solutions correspondent tout particulièrement aux agriculteurs et éleveurs en quête de diversification, qui proposeront notamment leurs produits en vente directe. Aussi, les poulaillers mobiles fonctionnent pour tout type d’activité, que vous souhaitiez élever des poulets labellisés ou simplement privilégier les volailles en plein air : c’est une activité supplémentaire rentable et pérenne. Les bâtiments mobiles ont l’avantage d’être isolés au niveau de la toiture et sur les côtés ; ils s’accessoirisent très facilement avec des lignes d’abreuvoirs, des pondoirs, des lampes chauffantes pour les poussins, etc.  Attention cependant à ne pas négliger l’hygiène de vos poulaillers : du fait des problèmes sanitaires récurrents, la législation impose désormais d’équiper chaque bâtiment avicole d’un sas préventif, idéal pour limiter la propagation de virus à vos volailles.

 

ZOOM sur le Poule’Lib : l’innovation Beiser récompensée

 

Unique sur le marché du poulailler, l’innovation Poule’Lib a été primée en 2017 au salon SPACE. En effet, ce bâtiment mobile est encore plus facilement déplaçable (grâce au relevage hydraulique) et est autonome électriquement ! Ce poulailler innovant dispose de panneaux solaires en option qui permettent d’éclairer le bâtiment jusqu’à 16h par jour. Avec ce système l’agriculteur n’aura pas besoin d’amener de l’électricité à l’intérieur du bâtiment avicole, il sera entièrement autonome. L’éclairage longue durée est tout particulièrement bénéfique pour la croissance des poussins, qui nécessitent une importante luminosité !

 

LES SOLUTIONS BEISER ENVIRONNEMENT :

 

 

La contention des bovins

Aujourd’hui, il devient de plus en plus difficile de maîtriser ses bovins au moment des soins, du parage ou de la tonte. En effet, du fait de l’augmentation croissante de la taille des exploitations, les troupeaux perdent l’habitude d’être manipulés. D’autre part, les éleveurs sont désormais amenés à travailler régulièrement voire quotidiennement seuls, ce qui complique la contention en elle-même mais également leur travail de manipulation : leurs besoins d’automatisation de certaines tâches sont de plus en plus pressants et nécessaires.

 Les jeunes bovins de moins d’un an sont particulièrement sensibles et stressés au moment de la contention, ces derniers n’ayant quasiment jamais été pris depuis leur naissance. On constate qu’il est plus facile de manipuler des vaches laitières, le secteur allaitant regroupant des animaux plus imposants et moins habitués à la manipulation (pas de salle de traite et moins de soins de parage). Néanmoins, personne n’est à l’abri de mouvement brusque d’un bovin, pour qui la manipulation n’est pas toujours une situation sereine.

En effet, de nombreux accidents sont malheureusement à déplorer chaque année, principalement liés à l’absence de contention au moment de la manipulation des bovins. Les situations de stress pour l’animal se révèlent d’autant plus dangereuses pour leurs éleveurs, qui comptaient pour 46% des accidents du travail agricoles en 2011[1].  L’ensemble des caisses d’aides agricoles recommandent d’ailleurs vivement de s’équiper en matériel de contention et proposent à ce jour des subventions à cet effet. Les subventions dépendent actuellement des régions ou des départements et peuvent couvrir  jusqu’à 40% des dépenses en matériel.

S’il permet inévitablement de travailler en sécurité, le matériel de contention (notamment celui proposé par Beiser Environnement) dispose d’un double avantage, puisqu’il permet également de peser les bovins de manière précise. Le système de pesée intégré aux couloirs et cages de contention Beiser est un gage de sécurité tarifaire lors de la vente du bovin, mais il permet également d’administrer les doses exactes de médicaments et de faire ainsi des économies considérables en évitant le gaspillage. Les couloirs et cages permettent ainsi une contention en toute sécurité ainsi qu’un travail rapide et efficace. Par exemple, il est tout à fait possible d’appliquer un traitement de déparasitage sur le dos du bovin tout en lui administrant des médicaments par voie orale et d’effectuer un parage de ses sabots.

Couloir ou cage de contention, comment choisir ?

Le choix du matériel dépend principalement de deux critères : l’équipement initial de l’éleveur en matériel de contention et la disposition de ses terres d’élevage.

LE COULOIR DE CONTENTION

Le couloir trouve son utilisé dans les exploitations qui n’ont pas encore d’éléments de contention mis en place. Il permet de « stocker » plusieurs bêtes, tout en effectuant des soins sur la première. Sa mise en place et son utilisation sont facilitées grâce au système hydraulique. Aussi, il est possible de déplacer le couloir de contention, ce qui s’avère particulièrement pratique lorsque ses troupeaux sont dispersés dans plusieurs champs. Le couloir de contention dispose de plusieurs sas qui permettent de retenir les bêtes en attente de soins, de les peser une par une et enfin de les soigner/manipuler. Ces différents espaces clos sont le gage d’un travail rapide et en sécurité.

LA CAGE DE CONTENTION

L’achat d’une cage de contention est à privilégier pour les éleveurs qui disposent déjà de couloirs de contention en bâtiment : elle sera alors mise en bout du système de contention. C’est une option moins coûteuse, à choisir si on effectue peu de déplacements. Son principe est similaire à celui du couloir, si ce n’est qu’elle n’intègre pas d’option de « stockage » des animaux en attente.

Dans un souci d’innovation, Beiser Environnement a mis en place un système pneumatique qui permet de faciliter le travail des éleveurs seuls. L’ensemble du processus de contention est alors géré via une télécommande, ce qui facilite le fonctionnement du matériel. 

[1] Source : Service des statistiques de la MSA / Etude consultable en ligne

 

LES SOLUTIONS BEISER ENVIRONNEMENT

 

Les boiteries des bovins

 

Particulièrement handicapantes pour vos troupeaux, les boiteries ont généralement de lourdes conséquences, tant sur le bien-être des vaches que sur le plan économique et sanitaire. Les boiteries trouvent leur origine de diverses façons : elles peuvent être liées à des maladies (infectieuses ou non)  ou survenir après un traumatisme.

Si vous souhaitez éviter les boiteries au sein de vos troupeaux, il est nécessaire de mettre en place un protocole précis, qui combinera l’alimentation des bovins, leur logement et des habitudes de soins conséquentes. Yves Mahé, agriculteur à Jans (44) confirme d’ailleurs que c’est un protocole changé qui a permis d’éradiquer complètement la dermatite de son troupeau et d’éviter ainsi de nouveaux cas de boiteries.

 

L’ALIMENTATION

L’alimentation joue un rôle clé dans la prévention des boiteries, puisque la qualité des aliments donnés à votre troupeau évite les carences et influence positivement la pousse d’une corne solide. Les onglons sont ainsi moins fragiles et moins sujets aux panaris, aux infections, etc.

LE LOGEMENT

D’autre part, le logement de vos bovins influe également sur la solidité de leurs pieds : un sol trop humide engendrera par exemple des problèmes de corne molle et plus sensible aux infections. La mise en place de tapis en caoutchouc sur une dalle en béton aura d’excellents résultats. Antidérapant et stable, il permet également d’user la corne des bovins, qui repousse naturellement chaque mois de quelques millimètres. Aussi, il est important de veiller au bon entretien de vos bâtiments : un sol régulièrement nettoyé et raclé évitera la prolifération de bactéries.

LES SOINS

Il est enfin particulièrement important de soigner les pieds de vos bovins : leur entretien est primordial pour éviter les boiteries. Soyez particulièrement attentif au parage des onglons: un parage inadapté peut aggraver les boiteries d’un bovin. De nombreux éleveurs conseillent un passage quotidien au pédiluve, permettant de renouveler chaque jour la propreté des pieds et de prévenir des problèmes de dermatite.

Si les bovins sont globalement tous sujets aux boiteries, les vaches qui mettent bas le sont davantage, du fait de la fragilité de leurs tendons. Il est ainsi conseillé d’éviter une marche excessive afin que les tissus se reconstruisent au mieux.

 

 

 

 

Logement des veaux

La santé et le bien-être des veaux (laitiers ou non) est depuis quelques années au cœur des préoccupations des éleveurs. Fragiles dès les premiers instants de leur vie, les veaux sont encore aujourd'hui confrontés à un taux de mortalité important (13% en moyenne et jusqu'à 25% dans certains élevages, selon la Chambre d'Agriculture de Bretagne). Une telle mortalité dans un troupeau a un impact non négligeable. En effet, les naissances permettent de meilleurs choix génétiques et permettent un renouvellement certain du troupeau.   Si de nombreux facteurs participent à la variation du taux de mortalité des veaux, leur hébergement est, quant à lui, primordial.

LES PROBLÈMES DE L'ÉLEVAGE EN BÂTIMENT

Installer sa nursery dans un bâtiment pose de sérieux problèmes, notamment sanitaires: leur cause principale étant les défauts de ventilation. En effet, de nombreux veaux décèdent de complications pulmonaires ou gastriques causées par des bactéries, persistantes sans renouvellement de l'air. En bâtiment mal ventilé, il devient alors quasiment impossible d'endiguer la prolifération desdites bactéries, puisque celles-ci se retrouvent transmises d'un veau à un autre. Par ailleurs, le vide sanitaire intervient bien souvent trop tard pour préserver son troupeau de veaux entier.  L'élevage en plein air ou "semi plein air" en niche est ainsi la solution la plus adaptée pour élever des veaux en bonne santé.

LES NICHES À VEAUX

La solution des niches apparaît de nos jours comme la plus fiable, elle est d'ailleurs régulièrement saluée par le milieu de l'élevage pour ses bons résultats sur la santé des veaux. Et si les niches en polyuréthane (matière plastique) sont les plus présentes sur le marché, ce sont aux niches à veaux en polyester qu'on confère les meilleures qualités. En effet, proposées par Beiser Environnement, les niches à veaux en polyester  permettent une excellente régulation de la température. Vulnérables face aux écarts de températures, les veaux pâtissent particulièrement des fortes chaleurs et sont rapidement déshydratés. Les niches à veaux en polyester existent d'ailleurs en version isolée, réduisant encore les écarts de température jusqu'à 3°C. Pour Maël Rebelon, éleveur laitier en Loire Atlantique, l'isolation était d'ailleurs le critère primordial : "Nous voulions protéger nos animaux de la chaleur". Ces niches isolées ont d’ailleurs été saluées par un Trophée d'Or au Sommet de l'Élevage en 2015. Facilement déplaçables, les niches à veaux permettent également de créer un vide sanitaire lorsqu'un veau est touché par une maladie et évitent ainsi la propagation au reste du troupeau. Monsieur et Madame Vautrin, éleveurs laitiers dans les Vosges, soulignent d'ailleurs : "Des lourdes pertes d'avant, nous sommes passés à une seule perte en deux ans (NDLR: sur 140 veaux)". Enfin, Sandra Roupnel, éleveuse de futures laitières dans la Manche, conseille de loger ses veaux en niche individuelle dès leur naissance et jusqu'à 3 semaines puis de les installer en niche collective jusqu'à leur 5ème mois. L'investissement dans les niches à veaux permettra ainsi de réduire drastiquement les dépenses en soins vétérinaires divers: "On a chiffré pour se donner une idée... on économise environ 70€ par veau. [...] Après tout ça, on économise encore 1 mois d'allaitement." soit une baisse des coûts totale de 150€ par veau pour Bernard Mischler, en Moselle. Cet investissement, durable dans le temps, peut donc être rapidement rentabilisé, comparé à l'importante baisse des coûts d'élevage du veau.    

LES SOLUTIONS BEISER ENVIRONNEMENT