Et si vous choisissiez de faire votre bois vous-même ?

Tas de bois

L’hiver étant finit, votre stock de bois arrive à son terme ? Pourquoi ne pas vous lancer dans une nouvelle aventure et réaliser votre bois vous-même ? Cette idée vous permettrait de réduire votre facture de chauffage tout en respectant l’écosystème puisqu’il s’agit d’une ressource naturelle. De plus, sachez qu’il existe des parcelles spécialement conçues pour cette activité où vous pouvez vous réunir en famille ou entre amis afin de réduire les coûts. Néanmoins, ce n’est pas une activité à prendre à la rigolade, car si vous souhaitez obtenir du bois de qualité il faut travailler durement et respecter plusieurs étapes.

L’ABATTAGE

Cette étape étant très dangereuse, il faut impérativement mettre en place un espace de sécurité  afin d’éviter les accidents. Cette activité de bûcheronnage consiste à abattre des arbres avec une tronçonneuse. Il en existe de différents types mais il faut savoir que la  tronçonneuse thermique est la plus appropriée. En effet, pourvu d’une grande autonomie, vous pouvez réaliser votre travail sans aucune difficulté.

ÉBRANCHAGE

L’ébranchage consiste à couper les branches à l’aide d’une tronçonneuse avant de réaliser le débitage. L’idéal est d’entailler légèrement le bois avant d’y mettre toute sa force et de porter des lunettes de sécurité pour se protéger contre les projections de copeaux.

DÉBITAGE

Le débitage consiste quant à lui à débiter le tronc en une multitude de morceaux. Pour cette étape, il est conseillé d’utiliser une fendeuse de bûches. En effet, la découpe du bois sera beaucoup plus régulière par rapport à la technique manuelle. De plus, c’est un gain de temps et d’énergie considérable. Il existe des fendeuses de bûches horizontales et verticales, la seule différence est que la première permet de débiter du bois plus grand.

Pour finir, il ne faudra pas oublier à bien faire sécher le bois. Pour cela, il suffira de le placer dans un endroit ensoleillé et de le recouvrir d’une bâche de protection pour éviter que l’humidité s’installe. Une fois toutes ces étapes réalisées, votre bois sera de très bonne qualité et pourra dès l’hiver suivant réchauffer votre habitation.

DÉCOUVREZ LA SÉLECTION DE MATÉRIEL BEISER :

 

Aménagez une installation complète pour vos chevaux !

rond_de_longe_pour_chevaux_beiser_environnement

Si les parcelles jouent un rôle important pour vos chevaux, les installations sont quant à elles primordiales pour leur bien-être quotidien. Mais alors, comment aménager vos parcelles afin que vos chevaux disposent de conditions de vie optimales ?

UN ABRI

Tout d’abord, dès le retour des premiers rayons de soleil, le point non négligeable est l’ombrage. Il n’est pas envisageable de laisser vos chevaux durant une journée de forte chaleur sans aucun abri. De ce fait, il existe différents abris spécialement conçus à cet effet. Nous pouvons retrouver des abris en fibre de verre et en bois permettant d’abriter vos chevaux de la chaleur et de les protéger des insectes volants.

L’ALIMENTATION

De plus, durant les jours ensoleillés, les chevaux boivent énormément, un abreuvoir est donc nécessaire pour permettre de conserver une eau saine et propre pour les animaux. Malgré l’abondance de l’herbe à cette période de l’année, l’alimentation de vos chevaux peut être complétée en installant un râtelier de foin. Cette structure est idéale pour éviter le gaspillage et tout risque de blessure pour vos chevaux.

ALTERNATIVE AU PRÉ

Enfin,  il existe une alternative au pré : le Paddock. Cette alternative est idéale si elle est rattachée au box du cheval. En effet, malgré la superficie beaucoup plus réduite, le cheval dispose tout de même d’un espace lui permettant de courir et lui offrant une semi-liberté essentielle pour son confort.

DÉCOUVREZ LA SÉLECTION DE MATÉRIEL BEISER :

 

Prendre soin de sa production viticole !

viticulture

C’est avec le retour du printemps et des jours ensoleillés que la végétation reprend son cycle. Les enjeux sont très importants car les prochaines semaines seront le gage de la récolte à venir. La vigilance des viticulteurs et l’entretien de la vigne sont donc nécessaires pour obtenir un résultat maximal. De ce fait, il existe plusieurs étapes à ne pas négliger !

ÉBOURGEONNAGE

L’ébourgeonnage est la première étape, très fastidieuse à mettre en œuvre, elle a pour objectif de supprimer les bourgeons indésirables qui vont prendre inutilement de l’énergie à la vigne. Cette méthode permet de gagner du temps pour les prochaines années, d’optimiser le rendement annuel mais également d’obtenir une vigne de bonne qualité. Cependant, il faut être très attentif car une mauvaise taille entraînera une mauvaise croissance les deux années suivantes.

ÉPAMPRAGE

L’épamprage consiste à supprimer les rameux issus du tronc et donc non fructifères ce qui améliore la croissance des bourgeons principaux. De plus, cette méthode permet de limiter l’encombrement des souches en réduisant ainsi le risque de contamination.

PALISSAGE

Enfin, entre juin et juillet, arrive le tour du  palissage. Il faut relever les rameux qui ont tendance à s’abaisser ou se plier, puis placer deux fils de fer à l’aide d’agraffes pour bien les maintenir. Des rameux relevés permettent l’aération des raisins, évite l’entassement, améliore la pénétration des produits phytosanitaires et facilite l’accessibilité des rangs pour le viticulteur ce qui améliore la saveur des raisins. Beiser Environnement propose d’ailleurs différents produits spécialement conçus pour le domaine viticole permettant aux viticulteurs de prendre soin de leur production afin d’obtenir les meilleurs raisins.

découvrez la sélection de matériel beiser :

 

PASSAGE CANADIEN 4m x 2m

passage_canadien

BENNE BASCULANTE ARTICULÉE

benne_articulee

CITERNE EN PEHD 5000 LITRES

citerne_pehd

LOCAL PHYTOSANITAIRE 2m x 3m

local_phyto

CITERNE RÉCUPÉRATION D’EAU DE PLUIE

recuperation_eau_de_pluie

PIQUETS PVC

piquets_pvc

BENNE 3 POINTS

benne_3_points

TONNE A LISIER SPÉCIAL VIGNE

tonne_a_lisier

BAC DE TRAITEMENT ENTERRÉ

bac_de_traitement

Pourquoi choisir l’ensilage?

l’ensilage : un aliment riche et digestible

L’ensilage est une méthode de conservation naturelle du fourrage sous forme de tas. Il s’agit de faucher l’herbe et de la conserver pour permettre aux éleveurs et agriculteurs de subvenir aux besoins des animaux durant les saisons sèches ou froides. La récolte de l’herbe doit impérativement être réalisée au bon moment afin d’obtenir un fourrage riche et digestible. Réalisée au début du mois de mai, il faut s’assurer du ressuyage suffisant des parcelles afin d’éviter les grosses ornières. Cette méthode permet principalement de limiter la perte des éléments nutritifs dans les végétaux mais également de chasser l’air et les moisissures.

 

Dans le cœur des éleveurs laitiers

Les éleveurs laitiers sont les plus gros utilisateurs de l’ensilage. En effet, la production laitière nécessite un fourrage de très bonne qualité. L’ensilage permet à la fois de maximiser les apports énergétiques et nutritionnels des rations du troupeau mais également de facilité la digestion des animaux.

 

une méthode compétitive

L’ensilage est une action moins coûteuse que l’enrubannage. Outre, l’ensileuse qui est très coûteuse mais dont il existe plusieurs alternatives comme la CUMA ou encore l’ETA, le reste du matériel est très accessible. Les pneus traditionnels peuvent dorénavant être remplacés par des tapis de mine ou encore des tapis spécial ensilage, facilitant le quotidien des exploitants agricole.

 

découvrez la sélection de matériel beiser :

 

Bâche plastique d’ensilage noire 14 m

Bâche plastique d’ensilage noir/blanc, le rouleau de 10m x 50m

Tapis de mine

Sac de protection 27 x 120 cm

Tapis caoutchouc neuf 50m x 2m de large x 4mm d’épaisseur (spécial ensilage)

Pince balle à tube 1 vérin

Pince balle à tube 2 vérins

Pince balle à tube pour balle carrée

 

Les nouveautés Beiser Environnement en Avril 2018

 

Ce printemps, Beiser a fait le plein de nouveautés !

Chariot motorisé 360°

Ce chariot motorisé dispose d’un angle de braquage de 360° permettant une agilité et une maniabilité maximale. D’autre part, la benne hydraulique permet de transporter des charges lourdes et encombrantes sans aucune difficulté.

WC sur remorque

Idéal pour les chantiers ou encore les manifestations, cette nouveauté dispose d’un réel avantage car les WC sur remorque sont déplaçables dans n’importe quel endroit. De construction robuste, tout en polyéthylène est très résistante aux chocs et aux agressions climatiques. De plus, son utilisation est simple car la cabine est facile à mettre en place ainsi qu’à nettoyer.

Lame électrique multi usages

Cette lame électrique permet à la fois de pousser la neige, le foin, la paille mais peut également s’utiliser comme racleur dans les couloirs d’alimentation, etc … Elle dispose de 3 positions et d’un joint caoutchouc boulonné interchangeable.

Chauffages diesel radiants portatifs 20kW et 40kW

Ce chauffage est idéal pour réchauffer, sécher ou encore mettre hors gel des espaces ventilés. Doté d’une poignée ou de roues, ils se déplacent facilement et peuvent s’utiliser aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur. Enfin, ils disposent d’une puissance de 20kW ou 40 kW et d’environ 5 heures ou 10 heures d’autonomie

 Chariot à fourrage 3 roues 1m60 et 2m60

Ce chariot est idéal pour transporter votre fourrage. Il est composé d’un plateau PVC recyclé et d’un châssis fiable et robuste. Sa roue avant pivotante permet à l’utilisateur d’avoir une plus grande précision dans ses manœuvres quotidiennes.

Mini dumper électrique

Le mini dumper est doté d’une marche avant et arrière électrique ainsi que d’une vitesse d’avancement variable en fonction des besoins de l’utilisateur. Il dispose également d’un frein de stationnement automatique permettant une sécurité maximale.

Retrouvez les nouveautés de printemps sur notre site web: https://www.beiser-se.com/

Pourquoi choisir l’enrubannage ?

L'hERBE ENRUBANNÉE: UN ALIMENT RICHE ET NUTRITIF

L’enrubannage est une méthode de conservation de l’herbe en balles ou bottes plastifiées. Il s’agit de ramasser de l’herbe encore humide puis de la conserver afin de la distribuer à son troupeau durant l'hiver, en cas de sécheresse estivale ou en complément au foin par exemple. Généralement réalisé entre les mois d'avril et de mai, l'enrubannage est complètement tributaire de la météo des mois précédents et du climat actuel. Comme indiqué, l'herbe ramassée et conservée par méthode d'enrubannage est encore humide. Cette technique permet d'obtenir un aliment riche et équilibré, notamment en protéines. L'enrubannage permet de maximiser les apports énergétiques et nutritionnels des rations du troupeau. 

Un GAIN DE PLACE CONSIDÉRABLE

Outre son intérêt nutritif non négligeable, l’enrubannage présente également un avantage en termes de stockage. En effet, il est extrêmement facile de stocker l’herbe enrubannée, dans la mesure où les balles et bottes peuvent se stocker en extérieur, à proximité des champs ou même des bâtiments. Le film plastique permet de protéger la matière première des intempéries et de conserver ses qualités nutritionnelles. Par ailleurs, la conservation de l’herbe enrubannée est maximisée par le fait de distribuer « à la demande », selon les besoins de chaque animal. On peut ainsi distribuer le nombre de bottes ou de balles que l’on souhaite, au moment choisi.

INVESTISSEZ SANS VOUS RUINER

Si la facilité de stockage, de conservation et les qualités de l’aliment sont des avantages clés, il faut également considérer le fait que cette méthode peut être un peu plus coûteuse que l’ensilage classique (du fait de la plastification) et qu’elle implique d’y consacrer du temps au moment opportun. Il s’agit de faucher, récolter au plus vite avant que l’herbe ne sèche puis procéder au filmage des bottes ou des balles.

L’enrubannage devient une méthode plébiscitée par les agriculteurs, notamment par les petites exploitations familiales. Moins contraignante que l’ensilage, la méthode de l’enrubannage évite aussi des gros investissements matériels. En effet, seuls une faucheuse, une botteleuse et du matériel de plastification (disponible à la location également) sont nécessaires, ce qui permet à chaque agriculteur de posséder son propre matériel.

DÉCOUVREZ LA SÉLECTION DE MATÉRIEL BEISER:

Les bénéfices de la vente directe

 

On constate depuis quelques années un retour à la vente directe des produits de consommation, aux relations directes entre producteur et consommateur. Plébiscitée par les médias, la vente directe apparaît comme le meilleur moyen de couper les intermédiaires tout en valorisant les produits de production agricole tels que les œufs, laitages, la viande et les fruits et légumes.  Les consommateurs, effrayés par les scandales alimentaires, sont désormais en quête de davantage de traçabilité des produits. Aussi, ils se détachent progressivement des fabrications industrielles et condamnent de plus en plus les élevages intensifs. Cette tendance du « retour aux sources » permet aux français, de plus en plus soucieux de la qualité de leur alimentation, de savoir d’où viennent les  produits consommés et de retrouver une certaine confiance en la production.

Du côté des producteurs, il s’agit de contrecarrer la prédominance des groupes alimentaires et d’allouer plus de visibilité à ses propres produits et, de facto, à son savoir-faire. D’un point de vue financier, il est également intéressant de valoriser soi-même sa production, dans la mesure où la vente directe permet de s’octroyer une marge plus importante.

Attention toutefois à ne pas se lancer dans cette aventure, pleines d’avantages, sans avoir pris connaissance de certains aspects non négligeables. Tout d’abord, la vente directe à la ferme implique un respect strict des normes sanitaires : des contrôles d’hygiène sont effectués de manière régulière. La mise aux normes implique par conséquent un équipement important pour la distribution, la conservation et la vente des produits. Il est primordial de ne jamais rompre la chaîne du froid et de pouvoir renseigner immédiatement le consommateur et les autorités sanitaires sur un lot. Si franchir le pas de la vente directe vous effraie, n’hésitez pas à tester la vente à travers des coopératives ou des associations de producteurs, qui ont également le vent en poupe !

 

Découvrez la sélection de matériel dédié à la vente directe par ici !

 

C’est bientôt l’heure de la mise à l’herbe !

 

 

Il sera prochainement temps pour vos troupeaux de retourner aux champs ! Pour vos vaches allaitantes, cette période indique également  la première sortie des veaux. 

La mise à l’herbe permet principalement la diminution de la charge de travail en bâtiment ! En effet, si l’apport en fourrage est conséquent à l’étable en hiver, les animaux sont plus autonomes à l’extérieur. Seuls les veaux issus de vêlages précoces nécessitent parfois un apport de fourrage et de granulés en complément de leur alimentation en herbe. Dans ce cas, un râtelier ou un nourrisseur adapté à leur morphologie s’avère souvent nécessaire.

La période de la mise à l’herbe est plus cruciale qu’il n’y paraît et nécessite une certaine vigilance durant les premières semaines.

Les matins froids du printemps sont souvent délicats et peuvent causer des coups de froid. Les jeunes veaux, particulièrement sensible, présentent un facteur de risque supplémentaire : la nouvelle pousse d'herbe étant  riche, le lait ingurgité le sera d’autant plus. Si les jeunes veaux n’ont pas de quoi s’abriter, le froid combiné à leur alimentation plus riche leur causera des troubles digestifs et des gonflements. Sans prise en charge, ces troubles sont un risque mortel pour les veaux. L’humidité est également présente aux premiers instants du printemps et apparaît comme un facteur de risque supplémentaire pour les plus jeunes du troupeau. Afin d’éviter les risques de coups de froid, il est primordial de proposer un abri pour les veaux présents aux champs. Une bonne santé influera automatiquement de façon bénéfique sur leur croissance.

LES SOLUTIONS BEISER ENVIRONNEMENT:

 

 

Empêchez les attaques du loup sur vos troupeaux

Ce n’est plus une nouveauté : le loup est bien de retour dans les montagnes françaises depuis quelques années. Ce retour de l’espèce, déjà bien amorcé, fait renaître de vieux débats entre éleveurs et associations de la protection animale, dont les objectifs diffèrent complètement. De nombreuses attaques de loups sur des troupeaux d’ovins ont été enregistrées et provoquent inévitablement la colère des éleveurs. Ces pertes animales sont également des pertes financières considérables pour eux, d’où la montée en puissance de leurs revendications.

Chez Beiser Environnement, l’idée de proposer une solution alternative qui préserverait les deux espèces a permis de mettre au point une alternative à notre célèbre Modulabri.

Le Modulabri anti-loups permet ainsi une protection des bêtes, notamment la nuit. Tôlé de haut en bas et couvert par bâche, ce produit peut être installé en extérieur et contenir un troupeau. Le regroupement des bêtes à l’abri soulage l’éleveur d’une surveillance nocturne continue, plus compliquée encore en alpages.

D’autre part, le Modulabri anti-loups apparaît également comme une alternative aux bergeries d’altitude traditionnelles. Adapté à la transhumance, ce matériel peut être monté et démonté en quelques heures et réinstallé plus loin.

La couverture bâchée du produit permet aussi une protection contre les intempéries, les bêtes  sont au sec, protégées de surcroît contre les courants d’air grâce à la structure en tôle.

LE LIEN VERS NOTRE MODULABRI : https://www.beiser-se.com/modulabri-anti-loups.html